Le transport maritime

À la Hune

À la hune

Soutenir le transport fluvial

Date de mise en ligne : 26/03/2014

Dans un courrier au ministre des Transports, les présidents de neuf organisations professionnelles connectées au transport fluvial, parmi lesquelles, Armateurs de France, en appellent à une mobilisation des pouvoirs publics en faveur d’une véritable logistique fluviale.

Leurs demandes sont concrètes et ciblées:

      - le maintien de l’aide au transport combiné  à l’identique sur 2013 du régime 2012 ;

      - une décision ferme de réaliser les travaux d’infrastructures permettant l’accès direct aux terminaux maritimes de Port 2000 au Havre, et de FOS 2XL à Marseille.

Elles se fondent sur un constat sans appel : le transport fluvial constitue un élément clé d’acheminements maritimes dans les ports français ; il est  un puissant levier d’aménagement du territoire et un outil industriel prometteur pour les bassins des axes Seine et Rhône. Mais l’industrie fluviale, impactée elle aussi par les difficultés du commerce mondial, est d’autant plus fragilisée que son modèle économique, encore jeune, n’est pas stabilisé.

La relance portuaire a permis de constater certaines améliorations dans le développement du transport fluvial. Le Groupement d’intérêt économique (GIE) Haropa en est une belle illustration, avec son offre de solutions logistiques mutualisées des ports du Havre, Rouen et Paris, sur l’axe Seine. Malheureusement, des points très négatifs persistent. Ainsi, les modèles d’interface des terminaux ne sont pas conçus pour favoriser le recours au mode fluvial, contraint d’assumer le coût de transfert depuis le navire, contrairement aux transporteurs ferroviaires et routiers.

Sans une nette amélioration  de ces points, le transport fluvial peinera à bénéficier d’un avantage concurrentiel sur le fer ou la route.